Salies de Béarn

 

A mi-chemin entre les sommets pyrénéens et la Côte Basque, la "Cité du Sel" vit au rythme trépidant d'animations variées et de fêtes grandioses. Elle sait aussi préserver des instants magiques de calme, de sérénité, et son charme d'antan demeure intact. Chaque coin de rue, chaque place, chaque pont réservent une surprise aux promeneurs amoureux des pierres et de l'histoire.

Le Saleys passant entre les maisons typiques de Salies
Le Saleys passant entre les maisons typiques de Salies

La vie est bien douce en terre de Béarn. La Cité du Sel en est l'un des joyaux, protégée par de vertes collines, fière de ses innombrables attraits et de son charme unique dans la région. Son microclimat vivifiant et sédatif contribue amplement à la qualité de vie dont bénéficient les Salisiens.

Eglise Saint Laurent  (14 - 16ème siècle)
Eglise Saint Vincent (14 - 16ème siècle)

Autre atout de Salies-de-Béarn : sa situation géographique idéale. Une petite heure de voiture suffit amplement pour atteindre les sommets pyrénéens la Côte Basque et de l'Espagne. A l'écart des turbulences, Salies n'en est pas moins située à proximité des grands centres urbains et des axes de communication importants, dont notamment l'autoroute qui relie Toulouse à San Sebastian, en passant par Bayonne. Bref, une oasis de tranquillité dotée du confort d'infrastructures les plus modernes.

On raconte que Salies-de-Béarn est née dès l'âge de bronze, plus de mille cinq cent ans avant Jésus-Christ. Un groupe d'hommes s'installa dans un marécage insalubre, le défricha et l'assainit, sans savoir qu'un trésor salé se trouvait à ses pieds !

Cependant, le document écrit le plus ancien évoque la naissance de Salies aux environs de l'an mil. Le sel, symbole de la Cité, apparaît à deux reprises. Les découvertes de vestiges, de poteries et de fours témoignent de son exploitation par les Gallo-Romains du Ier au IVe siècle avant Jésus-Christ. Dès le Xle siècle, il existait à Salies une poêle à fabriquer le sel.

Cet "or blanc" est le roi de la ville. Ses propriétés exceptionnelles ont tissé la renommée de la Cité. Les Salisiens aiment en raconter la légende. Un sanglier découvrit malgré lui les bienfaits de la source. Blessé, il traversa le marais bourbeux et mourut un peu plus loin. On le trouva scintillant de cristaux de sel produits par l'évaporation de l'eau du marécage, miraculeusement conservés.

 

Complexe Rhumatologique
Complexe Rhumatologique

Depuis, Salies a exploité avec succès cette manne salée. La ville s'est d'abord employée à produire le sel qui, réfrigérateur de jadis, permettait aux populations de se nourrir et d'éviter les famines. Il est le garant de la conservation du célèbre jambon de Bayonne. L'exploitation individuelle est devenue industrielle avec la création des salines de la Cité, en 1841.

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, le thermalisme fait son apparition. Mais bien avant déjà, les dames de la Cour séjournant à Bellocq venaient se baigner à Salies.

Le Saley qui passe entre les maisons
Le Saley qui passe entre les maisons

En effet, les eaux de la station, riches en sodium, minéraux et oligo-éléments, dotées de propriétés excitantes et stimulantes, non agressives et de surcroît peu coûteuses, ont depuis accompli des miracles dans de nombreux domaines, dont la gynécologie et la rhumatologie.

Pau Oloron Salies de Béarn Orthez
Nay Morlaàs Lestelle de Bétharram Montaner
Morlanne Navarrenx Sauveterre Mourenx