montaner

Au sommet de l'éperon dominant la vallée du Lis, le donjon de Montaner se dresse. Sa masse est une des plus impressionnantes de France.

Montaner Donjon

Cette tour du château où il ne subsiste que ses ruines de l'enceinte, proclame toujours la gloire d'un prince pyrénéen de légende, Gaston Fébus. La forteresse est le symbole du rêve d'un grand Etat pyrénéen voulu mais non réalisé. Près de 40 m de hauteur dominant un carré parfait de 13,70 m, au-delà d'un pont-levis et d'un pont dormant jetés au-dessus d'un profond fossé, l'écusson des Foix-Béarn et la devise "Febus me fe" surmontant la porte d'entrée.

Febus me Fe
"Febus me fe"

Apprennent à tous que Fébus fit construire cette forteresse. Du sommet un admirable panorama sur les coteaux et les Pyrénées, penne de comprendre pourquoi Fébus fit édifier entre 1375 et 1380 une telle forteresse en un lieu très isolé aujourd'hui. Situé aux confins du Béarn, de l'Armagnac, de la Gascogne anglaise et de la Bigorre, Montaner était le point d'appui de toute la stratégie de Fébus. Pour gagner du temps et de l'argent, il fit employer par ses maîtres d'oeuvre la brique languedocienne combinée avec des cailloux roulés pour la construction des murs de l'enceinte polygonale abritant la garnison. Depuis peu Montaner a été confirmée dans sa vocation de haut lieu du tourisme archéologique, par la restauration d'un ensemble exceptionnel de fresques de la fin du XVe et du début du XVIe décorant les murs de l'église Saint-Michel. Le choeur présente un cycle de peintures consacrées à la création du monde. Malgré certaines dégradations, il est possible de voir dans la nef Saint-Thomas, un épisode de la crucifixion. Enfin sur le mur occidental, se déroule le jugement dernier, s'inspirant de l'apocalypse de Saint-Jean et dominé par un immense diable.

plan-acces

Montaner

Pau Oloron Salies de Béarn Orthez
Nay Morlaàs Lestelle de Bétharram Montaner
Morlanne Navarrenx Sauveterre Mourenx