Vallée d'Ossau

Vallée d'Ossau

L'ours
Il a nourri bien des légendes. Animal craint, il a marqué les hommes au fil de l'histoire et sa fascination est toujours présente aujourd'hui. Bien qu'il ne se montre pratiquement jamais, il fait aujourd' hui l'objet de soins attentifs. Animal sauvage, l'ours peut atteindre 200 kilos et mesurer plus de 2 mètres! On en dénombre aujourd'hui quelques uns seulement.
Solitaire, il vit essentiellement la nuit, se nourrissant de végétaux, d'insectes, de rongeurs, voire de montons. Prudent, il se déplace en silence et fuit l'homme. Son ouïe et son odorat sont très sensibles; il peut repérer une odeur à 10 kilomètres !

Le Parc National des Pyrénées

Le Parc National des Pyrénées
Il couvre une grande partie du Béarn, englobe la partie supérieure des vallées d'Aspe et d'Ossau. Ses limites naturelles sont seulement repérables par des balises représentant la tête de l'isard. Il se découvre à pied.

Crée en 1967 il est conservatoire d'un patrimoine naturel exceptionnel, terre d'accueil d'un tourisme respectueux de la nature et d'une activité traditionnelle.


Ici la nature vit comme elle l'entend. On y trouve près de 150 espèces endémiques. Quel plaisir de reconnaître la ramondia des Pyrénées, l'orchidée, la gentiane, la jacinthe sauvage, l'edelweiss et le célèbre lys des Pyrénées... On peut y rencontrer parfois l'isard, le grand tétras, la marmotte ou les rapaces prestigieux et plus rarement encore le desman. Quant à l'ours brun des Pyrénées...

Vautour Fauve
Vautour Fauve

Isard des Pyrénées
Isard des Pyrénées

 

Et la Vallée fut Crée

C’était il y a très longtemps, pendant Quaternaire, disent les géologues. Du haut de son cône d'andésite au faux aspect, de granit, le Pic: du Midi d'Ossau voit à son pied, se mettre en marche un formidable fleuve de glace opaque, bien décidé à se frayer un chemin au milieu des monts aux hauteurs himalayennes.


vue sur la vallée d'Ossau

Aidé par d'autres glaciers voisins, il parvient sans autre difficulté que le verrou du Hourat, à Laruns où il rencontre un autre monstre de glace venu du côté du Pic calcaire du Ger après avoir fourni de rudes efforts, lui aussi. Les gorges superbes du Hourat et du Valentin témoignent aujourd'hui du combat titanesque livré à la roche par les glaciers d'antan. Dès lors, la "Compagnie des glaciers d'Ossau réunis" poursuit de Laruns, sa route vers la plaine. Tel un effrayant rouleau compresseur de glace de plus de 500 mètres d'épaisseur, le glacier bouscule tout sur son passage, bote, le fond de la vallée, dessinant à jamais son typique profil en U ou en auge, dont on peut avoir une vision unique depuis les lacets de la route qui mène de Laruns aux Eaux Bonnes. La force colossale du glacier parvient difficilement (plusieurs millénaires seront nécessaires) à se défaire du verrou formé par, le chaînon uni du Rey et de Lazerque.

Bloqué dans sa course lente, le glacier passe sa colère sur les côtés de la vallée, créant ainsi les jolis plateaux de Bénou, des ports d'Aste, de Béon et de Castet. Au cours des diverses chaleurs et glaciations qui se succédèrent, l'érosion aidant, la gave d'Ossau parvint à percer une faille dans le verrou et à continuer son chemin vers Buzy et vers Rébénacq formant ainsi un delta qui devint plus tard le bassin d'Arudy. Avec les chaleurs, le glacier d'Ossau fondit, déposa ses moraines qui obstruèrent les branches du delta du Gave et un lac: se forma recouvrant la vallée jusqu'à Gère Belesten.


Le Plateau du Bénou

 Mais si le gave d'Ossau parvint à éroder le verrou calcaire du Caoü et fuir vers Oloron, il ne put que s'infiltrer sous la moraine de Sévignacq et ressurgir au pied du Pic Rouge de Rébénacq donnant ainsi naissance au Neez dont les eaux pures abreuvent la population paloise. 1300 siècles s'écoulèrent. La vallée d'Ossau fut définitivement dessinée. Plus de glacier mais des forêts, des marécages, des prairies ou pullulaient des animaux devenus rares aujourd'hui, ours, sangliers, isards, quand ils n'ont pas complètements disparu comme les bouquetins, les loups et les rennes entre autres.

Enfin, témoignent encore du travail gigantesque des glaciers d'Ossau, de nombreux lacs (Anglas, Lavedan, Duzious, Ayous, Artouste, Aule,... ) de nombreuses vallées secondaires (Aule, Sussoueou, Bious-Artigues et d'énormes rochers, charriés et abandonnés par le colosse de glace : les blocs erratiques de Bescat proviennent du Pic d'Ossau et les rochers sur lesquels sont édifiés l'église et le château de Castet sont eux aussi des preuves irréfutables des exactions commises, il y a très longtemps par les glaciers de la vallée d'Ossau.

Suite